Première formation régionale sur la corruption et les droits de l’homme

Published on 24 Dec 2019, 09:16 AM

5 experts anti-corruption ont participé à la première formation régionale à Lomé, Togo

Formation régionale sur le lien entre la corruption et les droits de l'homme - Lomé, 10 décembre 2019

En décembre 2019, le Centre a organise une première formation régionale pour des experts anti-corruption sur comment mieux utiliser les mécanismes des droits de l'homme de l'ONU. L’objectif de cette formation est que les experts savent comment s'engager efficacement avec les organes de traités des Nations Unies et fournir des informations de haute qualité sur les phénomènes de la corruption et son effet négatif sur la jouissance des droits de l'homme. Le guide pratique qui a été élaboré par le Centre et Geneva Academy, a servi comme document de base. Une attention particulière a été accordée aux organes de traités, leur approche envers la corruption et comment s’engager.

Cette première formation a réuni cinq experts anti-corruption de quatre pays: Togo, Bénin, Burkina Faso et Niger:

• Tatiana Rokiatou Ouattara du Burkina Faso, journaliste et membre du réseau anti-corruption RENLAC;

• Montesquieu Ange Dji Djoho Hounhoui, Changement Social Bénin, axé sur la lutte contre l'impunité;

• Hamani Assoumane, défenseur des droits humains au CODDHD (Collectif des organisations de défense des droits de l'homme et de la démocratie) au Niger;

• Fabrice Ebeh, directeur exécutif de l’ANCE-Togo (Alliance nationale des consommateurs et de l’environnement) et contact national chez Transparency International; et

• Paul Affala de Alternative Leadership Group au Togo.

Discussions lors de la formation

La petite taille du groupe nous a permis d'avoir des discussions et des débats détaillés sur les situations spécifiques des pays. Par exemple, les situations suivantes ont été discutées concernant le Burkina Faso: l’extraction de mines et gestion des ressources naturelles, les expulsions forcées, la liberté d'association, l’accès à l'éducation et la participation aux affaires publiques et les élections.

Le groupe a discuté ensemble de la manière dont la corruption dans ces situations pouvait être liée à des violations des droits de l'homme. Des exemples ont été donnés d'observations finales antérieures des organes de traités des Nations Unies où ce lien était déjà établi. Par exemple, le Comité des droits de l'homme a recommandé au Niger en 2019 d'être plus transparent concernant la gestion de ses ressources naturelles, y compris de l'exploitation minière.

En ce qui concerne le Niger, les problèmes où il existe un lien clair entre la corruption et les droits de l'homme comprennent notamment les problèmes suivants liés à la migration:

• Corruption à la frontière entre les agents de l'État;

• Corruption liée aux permis de séjour;

• Corruption dans les centres de détention;

• Corruption liée à un procès équitable; et

• Corruption liée à l'accès aux services publics.

Prochaines étapes

En examinant le calendrier d'examen des différents organes de traités, le groupe a décidé de préparer un rapport thématique sur le lien entre la corruption et les droits de l'homme pour chacun des pays présents:

• Un rapport au Comité des droits de l'homme en réponse à la liste des questions pour le Togo (examen en mars 2020);

• Un rapport au Comité des droits de l'homme pour la liste des questions du Burkina Faso (à adopter en mars 2020);

• Un rapport au Comité des droits économiques, sociaux et culturels sur le Bénin (examen en février 2020); et

• Un rapport au Comité pour l'élimination de la discrimination raciale sur le Niger (examen en août 2020).

Les ONG du Togo se préparent à dialoguer avec le Comité des droits de l’homme

Les ONG du Togo se préparent à dialoguer avec le Comité des droits de l’homme

Le Togo sera examiné par le Comité des droits de l’homme en mars 2020

Les acteurs de la corruption en réunion à Lomé

Les acteurs de la corruption en réunion à Lomé

Lien entre droits de :l'Homme et corruption

Table ronde à Lomé

Table ronde à Lomé

Togo : Le Centre accompagne la société civile togolaise dans l’opérationnalisation d’une évaluation indépendante de la mise en œuvre des recommandations de l’EPU et des organes des traités.

Rules of Procedure of the Human Rights Committee

Rules of Procedure of the Human Rights Committee CCPR/C/3/Rev.10

Arabic | Chinese | English | French | Russian | Spanish

CCPR NGO Participation

Documents adopted by the Human Rights Committee (March 2012)

English | French | Spanish | Russian | Handbook

CCPR NHRI Participation

Documents adopted by the Human Rights Committee (November 2012)

English | French | Spanish | Russian | Arabic | Chinese